L’ultime question philosophique

Par GCI Weekly Update, le 11 novembre 2015 sous From the President

Chers frères et sœurs,

Nous nous sommes tous déjà fait poser par des enfants des questions comme, « D’où viennent les bébés? » Et il y a les questions incessantes « Pourquoi? », des questions comme, « Pourquoi le ciel est-il bleu? » Le désir de connaître dans le but d’une simple quête de connaissance est ce qui distingue les humains des animaux. Comme observé par C.S. Lewis, « Nous sommes enclins à demander, dans la mesure où nous devons demander, parce qu'il y a une réponse. »

Comme jeune enfant avec une curiosité active, j'ai demandé à mon père (qui se dirigeait vers la porte pour aller travailler), ce qu'on appelle la question philosophique fondamentale: « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien? » Il répondit précipitamment: « Je n'ai pas le temps de répondre ; va demander à ta mère. » Je l'ai fait et elle a répondu: « Dieu a créé tout ça. » Je lui ai ensuite demandé « Alors d’où vient Dieu? » Elle a répondu: « Il n'est pas venu de n'importe où — il a toujours existé et il a toujours été vivant. Dieu est d’un autre monde. »

À l'époque, je ne comprenais pas ce qu'elle entendait par un « autre monde », mais maintenant âgé de la mi-soixantaine, je pense que je le sais. Ma mère m'a enseigné que Dieu n'est pas physique. T.F. Torrance a adressé cette vérité en disant (ainsi que l'Église primitive), que « Dieu n'est pas une créature. » Ce qu'il voulait dire est que Dieu ne fait pas partie de sa création. Il n'est pas enfermé dans la création comme une planète est enfermée dans le temps et l'espace physique. Dieu qui transcende la création ne peut être connu de manières physiques. Il peut seulement être connu de façons « divines », et cette connaissance nous provient seulement par le biais de son autorévélation, y compris ce qu'il nous dit à propos de lui-même en tant que créateur de ce « quelque chose » qui est la réalité matérielle.

Le simple fait est le suivant : en dehors de Dieu, il n'y a pas de réponse adéquate à la question philosophique fondamentale. Toutes les choses qui existent (à part Dieu lui-même qui est autonome) proviennent de l'action créatrice de Dieu qui a fait apparaître toutes choses à l'existence. En outre, ce que Dieu a créé n'est pas divin — pas une extension ou une émanation de la volonté divine. Dieu seul est incréé et divin.

Comment la création est venue à l’existence est traité dans la doctrine chrétienne historique de Dieu qui créé à partir de rien (creatio ex nihilo). Cette doctrine s'oppose à l'idée de la création provenant de la matière éternelle qui préexistait aux côtés de Dieu (creatio ex materia), ou de la création comme provenant d'une extension ou d’une émanation de l'être de Dieu (creatio ex deo). La doctrine chrétienne ne dit pas que quelque chose n’est venu de rien — ce qui serait absurde. Plutôt, elle dit que la création est venue de Dieu d'une manière particulière. Dieu n'a pas utilisé de la « matière » éternellement préexistante pour créer.

La science est incapable de répondre à la question philosophique fondamentale parce que découvrir la réalité qui n’est pas physique à l'aide de l’approche scientifique est une impossibilité logique. Comme l'a souligné le théologien de l’Église primitive Athanase, les choses peuvent seulement être connues selon leur nature et l’approche scientifique est utile seulement pour découvrir les causes physiques à des phénomènes physiques. Ainsi, lorsque les scientifiques affirment que les seules choses qui existent sont les choses qui sont détectables par l’approche scientifique, ils font une revendication philosophique — ce qui à juste titre pourrait être qualifié de « scientisme. »

Parce que Dieu qui est incréé n’est pas physique, il est faux de conclure que tout ce qui existe est détectable et donc peut être connu à l'aide de l’approche scientifique. Mais ce fait n'empêche pas de nombreux scientifiques de faire des suppositions non scientifiques, en confinant de manière pratique toutes les choses et tout ce qui peut être connu à l’intérieur des limites de ce que leur méthode est capable de découvrir. Ceux qui le font utilisent les résultats limités de leurs méthodes empiriques pour faire valoir ce qu'ils supposent philosophiquement. Mais aucune expérience empirique ne peut confirmer ou infirmer que les réalités non physiques, telles que des choses non créées (Dieu), existent ou peuvent être connues par d'autres moyens non scientifiques tels que la révélation divine. Comme nous le rappelle T. F. Torrance, comment nous savons (épistémologie) ne détermine pas ce qui est (ontologie). L'inverse est également vrai : l’ontologie (ce qui est) détermine l'épistémologie (comment nous le savons).

Les athées et les autres sceptiques rabaissent souvent la réponse chrétienne à l'ultime question philosophique comme une tentative pour justifier la croyance en Dieu. Parfois, ils tentent de démystifier la doctrine chrétienne de creatio ex nihilo en mettant au défi les chrétiens d’expliquer les propriétés de « rien » (bien sûr, le rien n'a aucune propriété physique!). Un tel athée, Christopher Hitchens, lorsqu’interrogé sur « Qu’est-ce qui existait avant le Big Bang? » a répondu: « J'aimerais bien le savoir! » Je pense que la réponse était sincère, bien qu’il soit mort en ne sachant pas la réponse à sa question (j'imagine qu'il connaît la réponse maintenant!).

L’athée Victor Stengler a défini le rien comme étant un état simple sans masse, sans énergie, sans espace, temps, spin, bosons et fermions. Il a conclu que cet état de rien est un système instable. Mais la question demeure : Comment sommes-nous partis de rien pour parvenir à ce système instable appelé rien ? La question elle-même pose problème, car elle n'est pas rationnellement logique. Rien ne peut pas être instable puisqu’il n’inclut pas et n'englobe pas n'importe quoi. Il n'y a rien qui puisse être instable dans un état de rien. Je ne peux m'empêcher de rire un peu quand j'entends de telles déclarations ; mais ensuite, mon petit rire se transforme en tristesse envers ceux qui passent leur vie à essayer de nier l'existence de Dieu à travers un tel raisonnement absurde et envers ceux qui sont séduits par un tel raisonnement insensé.

Dans son livre, The Fallacy of Fine-Tuning: Why the Universe is Not Designed for Us, Stengler rabaisse au niveau du mythe l'idée que l'univers est réglé avec précision. Cependant, d'autres scientifiques sont en désaccord. [1] Stephen Hawking (également un athée) a écrit ceci dans son livre, Une brève histoire du temps:

Les lois de la science, telles que nous les connaissons à l'heure actuelle, renferment beaucoup de nombres fondamentaux, comme la taille de la charge électrique de l'électron et le rapport de masses de l'électron et du proton... Le fait remarquable est que les valeurs de ces nombres semblent avoir été très finement ajustées pour rendre possible le développement de la vie.

Les éléments de preuve de ce réglage de précision soulèvent la question, « Qu’est-ce qui a causé ça? » Bien que certains répondraient « la chance », le mathématicien et astronome Fred Hoyle a noté dans son livre, L’Univers intelligent que, « La chance d'obtenir que même une seule protéine fonctionne par une combinaison chanceuse d’acides aminés » peut être comparée à « un système d'étoiles avec de nombreux hommes aveugles qui parviennent à résoudre le Rubik’s cube en même temps. » Cette déclaration étonnante provenait d'un humaniste qui croyait que l'univers a toujours existé (sans un créateur) et s’est constamment lui-même réglé avec précision. Tout comme d'autres humanistes et athées, Hoyle résiste à l'idée que l'univers ait eu un commencement, car cela pointerait vers une sorte de « début ». Hoyle s’est moqué de l'idée de la création à partir de rien, en inventant le terme « le big bang ». Ironie du sort, ce terme est maintenant utilisé dans une théorie généralisée expliquant l'origine de l'univers.

Ce ne sont pas tous les scientifiques qui se moquent de l'idée que le fin réglage pointe vers un créateur. Le physicien John Polkinghorne, un chrétien, a écrit ceci: « Le réglage avec précision anthropique est trop remarquable pour qu’il puisse être relégué à un simple heureux accident. » Alors que les données empiriques du peaufinage de l'univers ne prouvent peut-être pas scientifiquement l'existence de Dieu, elles pointent certainement à la présence des empreintes digitales de Dieu partout dans le cosmos. Certains scientifiques, en dépit d'être athées, en recherchant honnêtement la vérité, ont trouvé Dieu. Une excellente lecture sur ce sujet est le livre «God’s Undertaker: Has Science Buried God?» par John C. Lennox, professeur de mathématiques à Oxford.

Il est important de réaliser que notre appel ne consiste pas à concurrencer ou à se disputer avec les athées, mais plutôt à faire confiance à Dieu pour qu’il œuvre par le biais des mathématiques, des sciences, de l’astronomie et même de la cosmologie pour les inviter à le rechercher et à le trouver dans son autorévélation, qui culmine en Jésus-Christ. Comme l'indique l'Écriture (Luc 10:22) et comme les théologiens de l'Église primitive l’ont déclaré: « Seul Dieu connaît Dieu ; seul Dieu révèle Dieu. »

Pourquoi croyons-nous à creatio ex nihilo ? Parce que nous croyons en un Dieu qui est générateur dans son propre être trin. Tout comme Jésus l’enseigne, ainsi que le Nouveau Testament en témoigne, le Fils n'est pas créé ou fait, mais il est éternellement engendré du Père dans l'Esprit. Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Parce que Dieu est amour et que Dieu est une communion entre les Personnes trines. Le Père a créé à travers le Fils dans l'Esprit pour être dans une relation vivante de sainte communion avec sa création. La création et la rédemption sont des actes du Dieu trin qui reflètent ou miroitent, de façon limitée (créée), la vie intérieure dynamique incréée de la Trinité, ce qui conduit à la génération et à la régénération de toute vie créée. Cette vie est un don de la grâce que nous partageons pour l'éternité à travers Jésus-Christ.

En aimant comment la science et la théologie vont de pair,

Joseph Tkach